04 93 92 34 36
Guêpes
Soluty est une société 3D (Dératisation, Désinsectisation, Désinfection) qui intervient sur le département des Alpes-Maritimes et Monaco. Nous sommes experts dans les solutions de lutte raisonnée pour détecter, traiter et prévenir les Bio-agresseurs.

Tout savoir sur les hyménoptères : le cas de la guêpe

Les guêpes sont des insectes ailés que l’on retrouve généralement dans nos jardins ou nos logis. D’un aspect peu flatteur, leur présence dans un cadre de vie a parfois tendance à crisper plus d’un. Très redoutées, elles peuvent vous mettre en danger par leurs piqûres. Au-delà des diverses astuces existantes pour les tenir à l’écart, le recours à une compagnie de désinsectisation demeure le choix à privilégier.

Qu’est-ce qu’une guêpe ?

Le mot guêpe fait généralement référence à une catégorie d’insectes hyménoptères (c’est-à-dire ailés) dotés d’un abdomen jaune rayé de noir, et dont pour la plupart (surtout la femelle) est dotée d’un dard venimeux. Ainsi, cette dénomination (hyménoptères) ne correspond pas à un niveau précis de classification empirique des espèces. Il ne s’agit très souvent que d’un nom à polémique employé pour nommer une partie des différents insectes répartis dans diverses sous-catégories d’insectes ailés. Cette sous-catégorie désigne en effet les guêpes, les abeilles, les frelons, les bourdons, les fourmis, etc.

Cependant, dans le langage commun, une guêpe désigne un insecte dans le genre du Vespula, pouvant vivre en communauté. À cause de ses piqures, cet insecte inspire généralement la crainte. Toutefois, il arrive que sa forme miniature rassure.

Habituellement, la longueur d’une guêpe peut varier entre 10 à 19 millimètres. Leurs caractéristiques de base font qu’elles passent pour l’espèce qui se rapproche le plus des abeilles et des fourmis. En effet, leurs têtes sont équipées d’une mandibule et d’une paire d’antennes, d’une paire d’yeux également composée de trois ocelles infrarouges, qui les rendent sensibles à la lumière. Le thorax de la guêpe est doté de quatre pattes et de quatre ailes membraneuses. Retenons également que l’abdomen de cet insecte est tout en couleur et équipé d’un aiguillon rempli parfois de venin.

Généralité sur les espèces de guêpes que l’on rencontre en Europe et surtout en France

À ce jour, plus de 200 000 espèces d’insectes ont été recensées dans le monde. Ces statistiques ne représentent qu’une petite partie des espèces existantes. Aussi, les différentes observations ont permis de classer les guêpes en deux catégories majeures. De ce fait, on y retrouve une espèce de guêpes dites “solitaire” et une espèce dite “sociale”.

Quid des guêpes solitaires

Comme indiqué, cette sous-catégorie de guêpes rebute de la vie en communauté. Ainsi, elles vivent et travaillent seules. La grande majorité des guêpes solitaires ne construit pas de nids et préfère vivre dans les milieux sableux ou nicher dans des troncs d’arbres. Par ailleurs, la quasi-totalité des guêpes solitaires adultes est fertile. Toutefois, elles ont un mode de reproduction assez particulier. En effet, elles pondent leurs œufs dans un insecte hôte. Ainsi, le cycle de développement se fait au sein de ce dernier au détriment de sa survie. Conscient de ce fait, les industries agroalimentaires les utilisent pour parasiter d’autres insectes nuisibles. D’une morphologie diverse, il faut noter que cette sous-catégorie renferme un nombre impressionnant de guêpes solitaires. On y retrouve :

  • Les guêpes fouisseuses : il en existe des milliers d’espèces dans le monde. Elles mesurent entre 1 et 3 cm et sont parfois noires et jaunes. Elles ont dans la plupart des cas un corps allongé ou trapu et leurs pattes sont souvent longues. Pour nidifier, elles utilisent des lots de terre ou creusent des trous dans le sol, etc. Elles se nourrissent généralement d’autres insectes et d’araignées qu’elles paralysent à l’aide de leur venin.
  • Les guêpes pompiles : pour nidifier, cette catégorie de guêpes solitaires utilise soit des nids d’araignées ou creuse des terriers. Aussi, elles sont capables de se servir des araignées dans l’objectif de nourrir leurs larves.
  • Les guêpes maçonnes : encore appelées guêpes potières, elles se servent de nids d’argile ou de boue qu’elles solidifient avec leurs salives pour en faire des nids. Véritable architecte, cette sous-catégorie regorge d’une sous-section de guêpes reconnaissable par la forme de leurs nids. Le nid des Eumènes est par exemple fait en de petits lots de terre. Elles se nourrissent également d’araignées et d’autres insectes.

Quid des guêpes sociales

Comme leurs noms l’indiquent, cette catégorie de guêpes contrairement à leurs cousins (solitaires), privilégie la vie de groupe et attire une attention particulière. En effet, les guêpes sociales importunent beaucoup plus. Leurs nids sont ceux que l’on rencontre le plus souvent dans les bâtisses ou jardins, et qui ont une forme de papier mâché marron. Elles obtiennent cette pâte à papier en mélangeant leurs salives avec de la cellulose qu’elles parviennent à soustraire de vieux bois préalablement rongés. Ce processus d’élaboration est annuel.

Les guêpes sociales ressentent chaque année le besoin de nouveauté en délaissant l’ancien nid pour un nouveau. À l’instar des guêpes solitaires, les guêpes sociales intègrent également une sous-catégorie de guêpes de cette même nature. De ce fait, nous avons : la famille des Vespula, des Polistes, des Dolichovespula et le Vespa. Leurs formes et leurs couleurs permettent de les distinguer.

Astuces pour savoir à quelles espèces de guêpes vous êtes confrontés

Considérant qu’il existe plus de 30 000 espèces de guêpes dans le monde, il serait bien de savoir les distinguer. Hormis la catégorie précédemment exposée, retenez qu’il existe généralement trois types de guêpes qui s’incrustent très souvent dans les habitats ou cadres de vies. Il s’agit des guêpes de papier, des frelons et des guêpes jaunes.

Les frelons

C’est la plus grande guêpe sociale qu’il vous sera donné de rencontrer. Identifiables par une teinture blanche sur la tête et sur le thorax, leurs nids sont dans de nombreux cas recouverts de coquille de papier. Les frelons d’Europe sont par contre brunâtres avec des teintures orange et construisent leurs nids dans des creux d’arbres ou dans des bâtiments. Bien que pacifique, une piqure de frelons peut être très douloureuse.

Les guêpes de papier

À l’âge adulte, elles peuvent mesurer entre 16 à 20 mm de long et revêtir une coloration brunâtre pour certaines et rouge pour d’autres. Leurs longues pattes sont un signe distinctif des autres espèces.

Les guêpes jaunes

Adultes, elles mesurent entre 10 et 16 mm de long et leurs abdomens présentent une rayure blanche et jaune. Leurs nids sont souvent recouverts de papier. Elles sont pourvues d’une antenne noire et de plusieurs pattes courtes.

Critère de distinction entre une guêpe et une abeille

Certaines personnes pour tenir la distinction se fient à la couleur, mais cela est réducteur et peu filable. Bien que la coloration jaune vif rayée de noir soit attribuée à la guêpe et qu’une coloration brune l’est pour les abeilles, il est à noter que certaines abeilles solitaires arborent la même teinture jaune vif que certaines guêpes. De plus, cette dualité de couleur ne se retrace que chez les guêpes sociales et une certaine famille de guêpes solitaires (les Eumeninaes).

Nous vous suggérons ici des critères de distinction pragmatique. En effet, une brève attention sur le corps et l’abdomen de la guêpe permet de faire ressortir l’aspect fin et peu poilu qu’elle revêt. Chez l’abeille par contre, ces traits de caractère sont plus compacts et poilus.

L’aspect social est également révélateur. Chez les guêpes sociales, l’ouvrière est équipée d’un dard effilé et reste en vie lorsqu’elle pique un mammifère. L’ouvrière abeille par contre est équipée d’un dard en forme de harpon et meurt peu de temps après s’en être servi.

Si les guêpes sont quasiment toutes de redoutables prédatrices ou de nécrophiles, les abeilles par contre sont polyvalentes.

Pour finir, retenez que les guêpes sociales ne participent aucunement à la pollinisation tandis que les abeilles mâles y participent.

Processus de développement et organigramme social

À l’inverse de leurs cousins (abeilles, fourmis…), les communautés de guêpes et de frelons sont annuelles. Quand vient le printemps, une femelle qui a été fécondée l’année précédente sera appelée à fonder une nouvelle société dans laquelle elle se verra investie du titre de reine. Elle choisit en toute liberté un lieu et entame l’élaboration des premiers alvéoles qui constitueront les prémices d’un nid. Une fois sa tâche menée à terme, elle y dépose ses premiers œufs et élève les larves qui en résulteront.

Ces larves passeront par l’étape de nymphes et deviendront par la suite des ouvriers stériles chargés de poursuivre la construction du nid et de l’approvisionnement de la colonie en nourriture. Pendant ce temps, la reine elle ne fera que pondre des œufs.

La fin de l’été annonce l’avènement des mâles et des femelles aptes à la fécondation. L’hiver n’est pas de bon augure. En effet, pendant cette saison de l’année, toute la colonie disparait et seules les femelles fécondées pourront rester. Retenez qu’une fois mené à terme, un nid peut renfermer des dizaines voire des milliers d’individus.

Les nuisances portées à l’actif des guêpes

Les problèmes que peuvent causer les guêpes sont légion. L’aspect le plus craintif est généralement lié aux piqures de guêpes et aux souffrances qui peuvent en résulter. Notons que toutes les catégories de guêpes précitées peuvent piquer et injecter à l’aide de leurs dards un venin. Contrairement aux abeilles, les guêpes sont même capables de faire un usage illimité (sauf le mâle) de leurs dards. Cela est favorisé par la finesse de ces derniers qui leur permettent de piquer et d’inoculer le venin à leurs victimes, tout en étant capables de se retirer sans pour autant se déchirer l’abdomen.

Ces piqures en fonction de leurs zones d’application peuvent provoquer des œdèmes et même parfois entrainer la mort. Elles peuvent également engendrer des chocs anaphylactiques qui lorsqu’ils ne sont pas rapidement pris en charge peuvent entrainer la mort. Aussi, il faut notifier que les piqures de guêpes sont aussi bien dangereuses pour les humains que pour les animaux domestiques.

Quelques bienfaits des guêpes

Leurs mauvaises réputations éclipsent tous les bienfaits quotidiens susceptibles de leur être attribués. La vue d’une guêpe rappelle immédiatement les supplices qui peuvent résulter de la piqure. Toutefois, il y a lieu ici de notifier que les guêpes sont un véritable mal nécessaire.

  • Les guêpes sont des prédateurs pour les moustiques : quant à choisir entre cohabiter avec des guêpes ou des moustiques, le choix semble aisé. En effet, vous n’aurez plus à vous soucier de ces insectes nuisibles. Elles raffolent également des araignées.
  • Les guêpes sont importantes à la production de la levure, et cette dernière est d’une grande utilité dans la fabrication de la bière, du pain et du vin. Selon une étude réalisée sur les guêpes, il a été retrouvé dans l’abdomen de certaines espèces, les mêmes types de levure employée en boulangerie ou dans des brasseries. Ces micro-organismes ont besoin de sucre pour assurer leurs survies. Lorsque les guêpes nourrissent leurs larves avec de la nourriture emmagasinée au cours de leurs périples, elles leur transmettent ces micro-organismes. Le printemps faisant son œuvre, les jeunes guêpes déposent ces levures sur les grains de raisin.
  • Les guêpes s’occupent de vous débarrasser des cadavres d’insectes. En d’autres termes, ce sont des insectes nécrophiles. Elles passent pour de véritables agents de nettoyage au service de la nature.
  • Elles jouent également un rôle de pollinisation et nourrissent une certaine variété d’oiseaux.

Que faut-il faire lorsqu’on se fait piquer par une guêpe

Divers symptômes peuvent résulter de la piqure d’une guêpe. Ces derniers débutent généralement par une douleur au point de piqure. Par la suite surviennent de fortes démangeaisons et enfin une rougeur qui entrainera un gonflement au point de piqure. Retenez que les guêpes ne choisissent pas un point de piqure précis, mais les zones les plus graves sont la bouche, la gorge et le cou. Un gonflement à ces endroits est susceptible d’étouffer la victime. Après la pique de cet insecte, vous pouvez vous rendre dans un centre de santé tout en suçant un glaçon.

Les piqures multiples peuvent être à la base d’œdèmes, de fatigue, de vomissements, de maux de tête, de baisse de tension, de convulsions, de perte de connaissance et peuvent entrainer la mort. Ces malaises sont dus à la quantité du venin qu’elles inoculent à leur victime. À ce stade, la victime doit immédiatement être hospitalisée.

Certains symptômes qui résultent d’une seule piqure de guêpe peuvent renseigner sur le côté allergique de la victime. Ces symptômes sont relatifs à un gonflement de la gorge, du visage et précisément au niveau des sourcils. Aussi, la victime pourrait avoir des difficultés respiratoires, une baisse de tension artérielle et des vertiges.

En cas de réaction locale à une piqure de guêpe, il vous suffira d’appliquer une succion sur l’endroit afin d’extraire une fraction du venin et donc de diminuer sa quantité. Ne vous inquiétez pas, puisque le dard n’est jamais laissé dans le corps.

En cas de réactions allergiques, les mesures à prendre sont tout à fait différentes. Commencez par installer la victime dans une posture confortable. Surélevez la partie atteinte afin de réduire au maximum la circulation du venin dans le sang. Un glaçon doit être appliqué à l’endroit pour soulager la douleur. La victime doit être immédiatement conduite dans un centre de soin.

Où vivent les guêpes dans vos maisons ?

Les guêpes aiment généralement s’abriter dans des endroits variés et plus ou moins accessibles. Vous pouvez ainsi retrouver un nid de guêpes dans vos égoutières, dans la cheminée ou dans vos toits en tuile. Vous pouvez également les retrouver dans le rebord de vos fenêtres, sous votre boite à lettres ou sous votre table de jardin.

Détection d’un nid de guêpes

Contrairement à la pensée populaire, les guêpes sont des insectes très astucieux. Elles ne laissent généralement pas leurs nids à la vue de tous. Pour les détecter, il va falloir faire preuve d’un sens d’observation et de déduction digne d’un détective privé. Vous devez avant tout, apprendre à suivre leurs allées et venues afin de mieux vous informer sur leurs lieux de provenance. Cette étape vous permettra de rapidement repérer un nid constitué d’alvéole.

Il vous faudra par la suite bien observer le périmètre immédiat de ces alvéoles afin de détecter la présence d’autres guêpes. Une fois toutes ces manœuvres accomplies, le mieux serait de contacter une entreprise de désinsectisation telle la nôtre, détruire toute la colonie. Notez qu’une destruction partielle ne peut que les consolider dans leur élan de s’établir dans les lieux.

Pourquoi endiguer un nid de guêpes ?

Beaucoup considèrent et à juste titre la présence de guêpe dans leurs habitats comme un risque perpétuel encouru. La présence de guêpes dans vos jardins ou dans votre habitat signifie que plusieurs de leurs congénères évolueront près de vous et de vos enfants. Cela amplifie considérablement les risques de piqures. Il est donc préférable que vous agissiez dès le début de l’été pour réguler leurs proliférations.

Quelques précautions pour détruire un nid de guêpes

Si le nid vous est accessible, éviter de prendre l’initiative de le détruire. En effet, cet exercice nécessite beaucoup de précautions. Dans le cas où vous avez des connaissances dans le domaine, il ne faut pas oublier que le port de vêtements longs et épais est largement conseillé. Vous devez savoir que toutes espèces aussi petites qu’elles peuvent paraître sont dotées de l’instinct de survie. Ainsi, désireuses de protéger la reine et leurs habitats, elles sortiront leurs dards.

Portez également des lunettes de protection et protégez-vous le bas du menton avec un foulard ou tout accessoire ne laissant aucun accès à votre cou. Vous devez absolument protéger chaque partie de votre corps, car vous risquez d’y laisser la vie. Si toutefois vous ne vous sentez pas de taille à entreprendre cet exercice, nous vous conseillerons vivement de faire recours à une société de désinsectisation comme la nôtre.

Quelques astuces pour repousser les guêpes

Au-delà de la phobie qu’elles inspirent, les guêpes sont de véritables acteurs du maintien de l’équilibre de la biodiversité. Elles régulent la prolifération des insectes et des chenilles. Toutefois, cela ne signifie pas qu’il faut cohabiter avec elles. Pour les tenir à distance, il vous faut :

  • De la nourriture : comme dit en amont, cet insecte est attiré par la nourriture. Il vous faudra donc penser à en mettre dans une zone bien éloignée de votre habitat. Cela favorisera la prolifération d’insectes dont se nourrissent les guêpes.
  • Placer une branche de tomate sur vos tables dans l’objectif d’éloigner les guêpes. Sacrée astuce de grand-mère.
  • Pensez également à vous servir de l’encens et des bougies parfumées, car elles masquent l’odeur de la nourriture dans votre lieu de vie.
  • L’usage de l’eau congelée a pour effet d’être un répulsif, tenant temporairement à l’écart ces insectes. Pour se faire, il vous faudra suspendre plusieurs sachets d’eau congelée devant votre bâtisse. Les guêpes redoutent le reflet du soleil sur ces sachets contenant de la glace.

La foire aux questions sur les guêpes

Comment les guêpes font-elles leurs nids ?

La formation d’un nid de guêpes est annuelle. Le processus commence avec une reine fécondée l’année dernière (en automne) qui commence à pondre et à élever ses larves jusqu’à la fin du printemps de l’année suivante. Pour construire son nid, la reine fécondée se sert de fragments de bois qu’elle triture pour les transformer en papier. Elle sera plus tard aidée par des larves devenues des guêpes ouvrières stériles. Quant à la reine, elle continuera à pondre bien au chaud.

Est-ce qu’une piqûre de guêpe est dangereuse ?

À l’instar de leurs cousines les abeilles, une piqûre de guêpe peut infliger d’atroces douleurs à sa victime. Bien que ne laissant pas leurs dards dans la partie à laquelle la piqûre est appliquée, des gonflements peuvent s’en suivre si elle n’est pas vite prise en charge. Lorsqu’elle est appliquée sur des parties sensibles comme le cou ou la gorge, la victime peut être sujette à un étouffement. En effet, la présence d’une forte dose de venins due à la piqûre de plusieurs guêpes peut entraîner des difficultés respiratoires, la baisse de la tension artérielle, la nausée et la mort si une prise en charge n’est pas réalisée dans l’immédiat.
En cas de réaction allergique à la piqûre de guêpe, les symptômes sont plus chroniques. Retenez que pour ceux qui sont allergiques à la piqûre de guêpe, une seule piqûre peut entraîner des réactions qu’on serait amené à observer lorsqu’on est assailli par un essaim de guêpe, mais de façon plus amplifiée. La victime doit donc recevoir un traitement spécifique.

Comment parvenir à en découdre avec un nid de guêpes ?

Observation et synthèse d’informations sont les postures requises pour identifier et endiguer un nid de guêpes. Une fois cette étape passée, il vous faudra vous munir d’une protection à toute épreuve pour éviter les piqûres de cet insecte et détruire l’intégralité de son nid. Une destruction partielle ne fera que les consolider dans leurs envies d’assaillir les lieux. Pour faire simple, vous pouvez également solliciter notre entreprise de désinsectisation anti-guêpe.

Ligne directe disponible

Bonjour, Lionel est en ce moment disponible au 06 20 24 39 59 pour répondre à vos questions.