04 93 92 34 36

Reconnaître les principales espèces de puces

Il existe de nombreuses espèces de puces. Cependant, certaines peuvent présenter des particularités pouvant nous permettre de les identifier aisément.

Les puces qui ne possèdent pas de cténidies

Chez celles dont le thorax est dorsalement plus court comparé à celui du premier segment abdominal, on ne remarque aucune baguette verticale sur le mésothorax et elles ont un front anguleux. L’angle antérieur de la tête de Tunga penetrans présente une forte proéminence alors que celui de Echidnophaga gallinacea présente une proéminence assez faible.

Chez celles dont le thorax est dorsalement plus long que celui du premier segment abdominal, on n’observe aucune baguette verticale sur le mésothorax. Le front est arrondi et l’insecte dispose d’une soie située au niveau arrière de la tête. C’est le cas de Pulex irritans. Néanmoins, certaines puces peuvent avoir une baguette verticale sur le mésothorax en plus de posséder un front arrondi ainsi qu’une dizaine de soies réparties sous forme de V à l’arrière de la tête. C’est le cas de Xenopsylla cheopis.

Les puces avec une cténidie prothoracique

Ces puces possèdent un front arrondi auquel s’ajoute un tubercule de petite taille. On retrouve également dans cette catégorie, la présence de trois soies sur la partie avant de l’œil. Le Nosopsyllus fasciatus en est un parfait exemple.

D’autres dans ce groupe possèdent un front arrondi, mais ne disposant pas de tubercule. Leurs soies situées à l’avant de l’œil sont nombreuses comme l’illustre Ceratophyllus gallinae.

Les puces ayant une cténidie prothoracique en plus d’une cténidie céphalique

Ici, on peut faire face à une cténidie céphalique horizontale constituée de huit, voire neuf épines. Le front présente une forte courbure et l’épine antérieure de la cténidie frontale est plus courte que les autres. On peut énumérer huit encoches avec la présence d’une soie au niveau de la partie postérieure du tibia. Ces particularités se retrouvent chez Ctenocephalides canis.

Ailleurs, le front peut être fuyant, et l’épine antérieure de la cténidie frontale fait la même dimension que les autres. On pourra énumérer ici six encoches avec soie qui sont présentes au niveau de la partie supérieure du tibia comme chez Ctenocephalides felis.

Certaines espèces comme Spilopsyllus cuniculi ont une cténidie céphalique oblique ainsi qu’un front possédant un tubercule. Chez d’autres à l’instar de Leptopsylla segnis la cténidie céphalique verticale se formera de quatre épines.

En savoir plus sur les puces