04 93 92 34 36

Quels sont les hôtes des puces ?

En cas de température basse, certaines espèces de puces ne resteront plus sur la peau des rats, mais plutôt au niveau de l’encolure. Dans la plupart des cas, elles sont présentes chez les chiens et chats au niveau de la région dorso-lombaire. Certains auteurs ont cependant pu les observer à plusieurs reprises au niveau du cou, de l’abdomen, ainsi que de la région périvulvaire.

Les puces se servent de leurs griffes extrêmement puissantes pour se déplacer sur le tégument de leur hôte. C’est ce qui leur donne la possibilité de s’accrocher aisément aux poils, aux plumes et même à la surface de la peau. Au moyen de leurs nombreuses épines et des différentes soies qui sont orientées vers l’arrière, elles parviennent à bien se suspendre au cours d’une progression verticale.

Classification des puces en fonction de trois principaux comportements

Les puces peuvent être regroupées en trois différentes catégories lorsqu’on se base sur certains de leurs comportements habituels.

  • Les puces vivant de façon permanente sur leurs hôtes et qui les quittent seulement dans l’objectif de contaminer un autre individu : on les appelle les « puces de fourrure » et elles sont capables de bien sauter. L’exemple parfait s’illustre avec X. cheopis, Pulex irritans, C. canis et C. felis ;
  • Les puces qui passent presque tout leur temps dans le nid ou dans un terrier et qui parasiteront leur hôte seulement pour s’alimenter : on les appelle les « puces nidicoles » ou « puces terriers ». Leur alimentation se fait chaque deux ou quatre jours comme on peut le remarquer chez Ceratophyllus gallinae. Ces puces ne sont pas assez mobiles et ne parviennent pas à sauter assez haut comme celles précédemment vues ;
  • Pour finir, on distingue les « puces sédentaires » ainsi que les « puces pénétrantes ». À la suite de la fécondation, les femelles de ces puces à l’instar de Echidnophaga gallinacea iront se fixer autour des yeux des volailles. Ce phénomène est rarement observé chez les chiens. Quant à celles de Tunga penetrans, elles préféreront aller s’enfoncer dans le conjonctif sous-cutané et communiqueront uniquement avec l’extérieur grâce à l’orifice qui sert pour la ponte.

En savoir plus sur les puces